Les douleurs passées...

Publié le par Mlle B.

Extraits de mon "ancien" Carnet :

21 mai 2004, Besançon :


"Oh ! A., mon amour, je craque... Si tu savais comme je craque !! Qui sont-ils tous ces gens pour me faire autant de mal, la bouche en coeur, l'air si innocent ??
Et moi qui suis si petite, si laide, si insignifiante, qui suis-je ? Qu'est-ce que je fais là à pleurer sur ma vie dont tant de pages ne sont pas encore écrites ? Tellement de douleur, mon amour, tellement de douleur en ce monde et tellement d'indifférence... Qui nous a donné la vie ? Celui-là ne mérite pas de vivre. L'homme est un être de chair, de sang et de douleur. L'homme est un être de mépris et de haine. Mais, pour notre malheur, l'homme est aussi un être d'amour, de tendresse et de bonheur. Mais ces choses sont si éphémères face à la douleur du monde.
Je me détruis un peu plus, détruisant mes amours, mes amitiés, mon amour de la vie... Détruisant la vie et les sentiments autour de moi. Avec un peu de recul (que je n'ai pas souvent envie de prendre), je me rends bien compte que c'est moi qui détruit le peu qu'il restait de bien dans ma vie. Mais, ce bien me fait tellement de mal. Savoir que tout ne va pas mal, m'est insupportable. Je veux que tout aille mal... Je veux que la terre entière souffre pour remplir ma douleur et ma solitude. Je suis un monstre. Je voudrais détruire le monde entier. Je suis un monstre."

Publié dans Réminiscences

Commenter cet article

rémy 14/11/2008 18:13

La souffrance et la destruction ont cela de plus sur le bonheur et le plaisir qu'on les contrôles plus facilement. Il est plus facile de se faire souffrir que de se rendre heureux. N'y voit là aucune forme de jugement de valeur. Je dis juste que ce n'est pas monstrueux d'avoir envie de voir la terre entière souffrir, c'est au fond qu'un moyen d'avoir un peu d'emprise sur son monde. Et puis la souffrance triche peu, alors que le plaisir lui triche souvent, ainsi il est plus sûr de toucher quelqu'un par la douleur que par le plaisir, même quand ce quelqu'un est soi même, mais à ce sujet Sade est bien plus doué que moi pour en parler, il est si doué qu'il pourrait même me convaincre parfois

Mlle B. 14/11/2008 19:04



Je comprend. Je pense que tu as raison sur la facilité, mais sur le contrôle, je suis plus mitigée... Lorsque tu dis "La souffrance et la destruction ont
cela de plus sur le bonheur et le plaisir qu'on les contrôles plus facilement", je ne suis pas d'accord. Je ne contrôle en rien ma souffrance et mes pulsions destructrices qu'elles soient envers
moi ou envers les autres... Au contraire, plus la sensation m'envahit, plus j'ai l'impression d'une perte totale de contrôle... Ce qui m'est.. euh.. très désagréable, on va dire... Par contre
lorsqu'on compare la difficulté de "toucher" quelqu'un par le plaisir, et la facilité de le toucher par la douleur ou la souffrance, je suis assez d'accord... Même si, moi, je suis
probablement plus proche de Masoch que de Sade, malgré certains "épisodes"...



Cybèle 13/11/2008 21:17

tes textes sont très dur... ils soulèvent tellement de mal être..je t'embrasse mamzelle

Mlle Beetlejuice 13/11/2008 21:23


je t'embrasse aussi cybèle...


Koulou (flegroll) 13/11/2008 20:08

On en dit des conneries quand on souffre ! rassurez-vous, je n'échappe pas à la règle... C'est juste qu'avec l'expérience, je sais qu'il ne faut pas croire ce qu'on se met à penser en prie à la douleur...

Koulou (flegroll) 13/11/2008 20:06

petite laide et insignifiante... je doute sérieusement que tu l'ais été un jour... c'est curieux l'image qu'on peut avoir de soi parfois...